Douté le Sage

Tags

, ,

(Veuillez défiler vers le bas pour la traduction française.)

When Henry David Thoreau was asked why he left the woods, he responded that he had other lives to live.

How many lives does one get to live? That’s like asking how many chapters in a book. It depends on the book, of course, and the lives one gets to live depends on the soul doing the living.

Student. Teacher. Wife. Mother. Writer. Diplomat. Grandmother. These could be chapters of my life’s book. In one of these chapters – diplomat – I met a wise soul from the West African nation of Togo. He’s a soul whom I will never forget. I still think of him often because the way he looks at life is inspirational. He lives life deliberately. He does not fritter his life away on superficiality.

Yéma Douté is his name, and I wrote about him years ago after Norm and I had left Togo. Douté sent us a poem he had written for us, and it was awe-inspiring and poignant. His words never cease to provoke thought.

I still stay in touch with him via social media. His posts are not mundane commentaries or hackneyed memes. He doesn’t care if he gets “likes” or “shares.” Cogitation and understanding are his modus operandi.

Let me share here some of the wisdom he has posted – and I do such with his permission, of course.

  • If you don’t like something the way it is, do not say, “This is not good.” Instead, say, “I must adapt.”
  • If we aspire to be promoted to the highest rank, let those who are to elevate us be higher than we are.
  • Life is good when one is happy, but it is even better when others are happy because of us.
  • If there is a heaven in the sky, why do dying people continue to cling desperately to this earthly hell?
  • Today, I woke up well. May all those who love me join in helping me thank God for this gift that I just received and say Amen.
  • The night has covered the earth with its veil. At a time when the poor count without reaching the stars of heaven and wonder what tomorrow will bring, the wealthy, seated in front of the champagne bottles, cigars between the index and the middle finger, make an inventory of their accounts.
  • To thank with dignity the countless workers who made our home so beautiful and so accommodating, it must be delivered more beautiful and more accommodating to future generations.
  • We are better and happier than our predecessors; may our posterity be better and happier than we are.
  • When we love someone, we love the person as he is, and not how we want him to be.
  • There is no man so poor and so poorly endowed who cannot contribute to progress to a certain extent.
  • Our goal is to get people to understand the virtues of life, not through texts, but by our daily habits.
  • If you complain too much about your fate, you will be unhappy.
  • My life would not be worth anything without my family. They are my support when I stumble.

“And all of the lives we ever lived

And all the lives to be

Are full of trees and changing leaves.”

“Luriana, Lurilee,” Charles Elton

XOXO,
Stacy

Version française :

Lorsqu’on a demandé à Henry David Thoreau pourquoi il avait quitté les bois, il a répondu qu’il avait d’autres vies à vivre.

Combien de vies a-t-on à vivre? C’est comme demander combien de chapitres dans un livre. Cela dépend du livre, bien sûr, et la vie que l’on vit dépend de l’âme qui vit.

Étudiante. Enseignante. Femme. Mère. Écrivaine. Diplomate. Grand-mère. Celles-ci pourraient être des chapitres du livre de ma vie. Dans l’un de ces chapitres – diplomate – j’ai rencontré une âme sage du Togo que je n’oublierai jamais. Je pense encore souvent à lui parce que son regard sur la vie est une source d’inspiration. Il vit la vie délibérément. Il ne gaspille pas sa vie sur les superficialités.

Il s’appelle Yéma Douté et j’ai écrit à son sujet il y a des années lorsque j’ai quitté le Togo. Il m’avait écrit, avec Norm, un poème impressionnant et poignant. Ses mots ne cessent jamais de provoquer une pensée.

Je reste toujours en contact avec lui via les médias sociaux. Ses messages ne sont pas des commentaires mondains ou des mèmes rebutés. Il se moque de savoir s’il obtient des «likes» ou des «shares». Cogitation et compréhension sont ses méthodes.

Permettez-moi de partager ici une partie de la sagesse qu’il a affichée – et moi-même avec sa permission, bien sûr.

  • Si vous n’aimez pas quelque chose telle comme elle est, ne dites pas: “Ce n’est pas bon.” Dites à sa place: “Il faut s’adapter.”
  • Si nous aspirons à être promu au grade le plus élévé, faisons que ceux qui doivent nous élever soient plus élevés que nous.
  • La vie est bonne quand on est heureux, mais elle est encore meilleure quand d’autres sont heureux grâce à nous.
  • S’il y a un paradis au ciel, mais pourquoi des gens agonisant continuent-ils à s’accrocher désespérément à cet enfer terrestre ?
  • Aujourd’hui, je me suis bien réveillé. Que tout ceux qui m’aiment m’aident à remercier Dieu pour ce Cadeau que je viens de recevoir et dire. Amen.
  • La nuit a couvert la terre de son voile. Au moment où les pauvres comptent sans y parvenir les étoiles du ciel et se demandent ce que demain sera fait. Les riches eux, attablés devant les bouteilles de champagne, cigars entres l’indexe et le majeur, font l’inventaire de leurs comptes.
  • Pour remercier dignement les travailleurs innombrables qui ont rendu notre habitation si belle et si commode, il faut la livrer plus belle et plus commode encore aux générations.
  • Nous sommes meilleurs et plus heureux que nos devanciers, faisons que notre postérité soit meilleure et plus heureuse que nous.
  • Quand on aime quelqu’un, on aime la personne telle qu’elle est, et not tell qu’on voudrait qu’elle soit.
  • Il n’est pas d’homme si pauvre et si mal doué qui ne puisse contribuer au progress dans une certaine mesure.
  • Notre but à nous c’est d’amener les gens à comprendres les vertus de la vie, non pas par des textes mais par nos moeurs quotidiens.
  • Si tu te plains trop sur ton sort, tu t’en sortiras malheureux.
  • Ma vie ne vaudrait rien sans ma famille. Elle est mon soutien quand je chancelle.

<<Et toutes les vies que nous avons vécues,

Et toutes les vies qui seront

Sont pleines d’arbres et de feuilles changeantes.>>

<< Luriana, Lurilee >> par Charles Elton

Câlins et bisous,
Stacy